Dans cet article, vous allez voir concrètement les effets au long terme du tabac sur un poumon fumeur, le nombre de fumeurs en France,

Vous allez trouver aussi ce qu’est la BPCO.

Mais aussi comprendre comment elle se développe dans l’organisme.

Vous allez aussi savoir s’il est possible ou non de guérir, Il y a des traitements qui sont admis.

Et enfin, vous aurez une fiche détaillée des chiffres pour que tout tout ceci soit clair.


Qu’est-ce que la BPCO ?


Définition.


La BPCO ou Bronchopneumopathie chronique obstructive est une Maladie pulmonaire chronique.

Cela se traduit par une obstruction lente et progressive des voies respiratoires, ou plutôt des voies aériennes des poumons.

Les chercheurs pensent que c’est dû à l’inflammation chronique des poumons.

Ceci même qui entraîne un dysfonctionnement au niveau moléculaire.

Pour être plus clair, cela va déclencher une augmentation de la fréquence respiratoire et une plus grande difficulté à respirer.


Le diagnostic.


Pour établir un diagnostic clair, le patient doit passer une épreuve de fonctionnalités respiratoires.

Celle-ci est faite pour déterminer la quantité d’obstruction respiratoire du patient.

Un diagnostique doit être fait en cas de toux et d’expectorations chronique deux à trois fois par mois.

Il faut faire un diagnostique en cas de difficultés à respirer persistante, progressive, apparaissantes et s’aggravantes aux cours d’une bronchite.

Si vous sentez une de ces choses apparaître au cours d’une bronchite, et que vous consommez du tabac, n’hésitez pas à aller rapidement consulter votre médecin traitant.


Les causes.


Plusieurs causes peuvent être ciblées pour une BPco.

En grande partie, les BPCO sont dues à un tabagisme chronique qui donne naissance au poumon fumeur de la vidéo.

Le tabac n’est pas tout le temps en cause, bien qu’il ne le soit dans 80 à 90 % des cas.

Si par exemple, la personne souffrant travaillais dans une mine à charbon, il est très probable que ça vienne de là.


La pollution de l’air peut-être aussi en cause.


Les personnes souffrant d’asthme peuvent évolution vers une BPCO.

Mais c’est essentiellement le tabac qui déclenche la BPCO.


Évolution et possibles complications.


L’évolution la plus fréquentes lors d’une BPCO et bien entendu l’insuffisance respiratoire

Il peut y avoir des complications de type neurologique ou cardio-vasculaire.

Une complication musculaire n’est pas à exclure.

Concrètement, l’insuffisance respiratoire que la BPCO aura sur l’organisme donnera une incapacité au système respiratoire d’assurer une bonne oxygénation du sang et des organes.

Et puis avoir aussi une évolution de la BPCO vers une hypertension pulmonaire.


Symptômes.


Identifier une BPCO n’est pas facile.

Comme j’ai dit un peu plus haut, le simple fait d’avoir des toux régulièrement peut être un signe avant-coureur d’une BPCO.

le fait d’être essoufflé rapidement comme par exemple monter un escalier peut-être un signe de BPCO.

De plus, les poumons du fumeur ressemblent étrangement à ces symptômes , d’où le fait qu’il est compliqué d’établir un diagnostic précis juste avec des symptômes si la personne fume.

Mais sur une période donnée, si vous avez deux à trois toux par mois, et qu’au bout de deux à trois mois, vous sentez que c’est de plus en plus difficile de récupérer et de respirer, aller vite consultez un pneumologue.


Comment la développe t’on ?


Le tabac.


Le tabagisme et comme je l’ai dit plus haut pour 80 à 90 % des facteurs qui font que vous développez une BPCO.

Dans la vidéo du début d’article, on y voie clairement ce que la BPCO fait sur un poumon fumeur.

En effet, comme vous avez dû le constater dans la vidéo au-dessus, les poumons de fumeurs subissent de plein fouet la consommation de tabac.

Le tabac est donc la première cause de développement d’une BPCO chez un individu.

Les poumons du fumeur sont dans un tel état, que la seule chose à faire, c’est de stabiliser en arrêtant immédiatement de fumer.

Globalement, c’est la cigarette qui est le premier facteur de développement de BPCO au monde, un poumon fumeur comme sur la vidéo est clairement en phase 4.


Les métiers.


Ceci représente un très faible pourcentage, mais certains métiers provoquent des BPCO.

La maladie du mineurs de charbon, se traduit directement par une BPCO.

Un autre métier un peu plus connu, c’est la carrosserie automobile.

Ce n’est pas pour rien que le carrossier porte toujours des masques quand il ponce la carrosserie des voitures.

Les menuisiers sont Dans les mêmes conditions que les carrossiers.

Les copeaux de bois et les particules en suspension ont le même effet que les particules en suspension en carrosserie.

Tous ces métiers peuvent être porteur de la BPCO.


La pollution.


Aussi étonnant que cela puisse paraître, bien que tout compte fait, ce n’est pas très étonnant, la pollution a un faible pourcentage de la BPCO.

Vous avez dû voir des nuages de pollution au-dessus des grandes villes comme Paris ou Pékin.

Exposé trop longtemps à ce genre de nuage, vous avez des chances de développer la BPCO.

Ce n’est pas pour rien que vous voyez tant d’asiatique porter des masques à oxygène.

Leur pays sont les plus durement touchés par la pollution.

Ce sont les pays où le taux de BPCO à cause de la pollution est le plus élevé.


Les infections pulmonaires.


Les infections pulmonaires, surtout pendant l’enfance, peuvent être propices pour la BPCO.

Le fait d’avoir des infections pulmonaires pendant l’enfance à répétition prépare à l’arrivée éventuelle d’une BPCO à l’âge adulte.

Les infections pulmonaires sont une très petite partie du pourcentage de mortalité par BPCO, mais on font quand même partie.

Comment guérir.


Établissement du stade.


La BPCO a plusieurs stades d’évolution.

Le premier stade, le moins lourd, et celui où vous disposez d’environ 80 % de votre souffle.

Le deuxième stade, celui qui se trouve entre 50 et 80 pour cent de votre souffle , À ce stade, il vous manque la moitié de votre souffle habituel.

Le stade trois (sévère), Correspond de 30 à 50 % de ce que vous pouviez respirer initialement, à ce stade, vous devrez avoir une prise en charge médicale sur le long terme.

Stade 4 (très sévère), qui se trouve en dessous de 30 % que vous aviez à respirer à l’origine, à un tel stade, une intervention chirurgicale sera nécessaire, et vos chances de survie sont minces.

le stade 4 est le genre de poumon fumeur qui ce trouve dans la vidéo de présentation de l’article.

Au stade quatre, le malade doit mettre ses affaires en ordre, les dégâts sont irréparables, il s’en suivra inévitablement un suivi médical a vie.


Les objectifs.


Le premier objectif, celui qui se trouve au stade un, et de limiter les risques de facteurs de réduction.

Il en va de vaccination antigrippal tous les ans, d’inhalateur de courte durée (ventoline) et l’arrêt du tabac immédiat.

Deuxième objectif qui se trouve au stade 2, C’est disposer constamment de un ou de plusieurs inhalateurs qui servent à dilater les bronches.

À ce stade, les poumons du fumeur doivent déjà recevoir un traitement de longue durée.

L’objectif numéro trois, qui se trouve au stade trois, consiste un accompagnement médicamenteux Anti-inflammatoire combiné un dilatateur de bronches .

Le quatrième est dernier objectif du stade quatre, est l’oxygénothérapie.

À ce stade, le patient doit quotidiennement avoir une bouteille d’oxygène Pour une bonne oxygénation.

Et bien sur, à ce stade, une opération chirurgicale sera nécessaire.

Imaginez, le poumon fumeur qu’il y à au début de l’article est un stade 4, il peut êtres opérer mais on ne peut pas les enlever tous les deux.

Dans un premier temps, les objectifs sont de prévenir la progression de la maladie, arrêt du tabac ou exposition aux facteurs de risques.

Soulager les symptômes que l’individu ressent comme la toux, l’expectoration, etc.

Améliorer la tolérance de la personne à l’effort Et améliorer son niveau de santé et sa qualité de vie.

Prévenir ou traiter les complications éventuelles comme la surinfection, la décompensation respiratoire, etc.


L’arrêt du tabac.


Étant donné que c’est principalement le tabac qui est en cause, je ne vais pas m’étaler sur le sujet des autres causes.

L’arrêt du tabac est la première chose à faire pour prévenir la progression de la maladie.

Étant donné l’état du poumon fumeur de la vidéo présentée dans l’article, il paraît évident qu’arrêter de fumer est la première chose à faire pour soulager les symptômes et améliorer la condition de la personne.


Programme de réhabilitation respiratoire.


Les deux choses essentielles de la réhabilitation respiratoire sont bien évidemment l’exercice physique et l’alimentation saine dont l’éducation thérapeutique dans le parcourt de soin de la personne.

Pour améliorer l’état des poumons du fumeur, cela dépendent de plusieurs choses

La première, c’est d’augmenter les capacités respiratoires de la personne.

Pour ce faire, il faut reprendre le sport d’une façon adéquat, mais pas seulement.

Il faut aussi faire attention à l’environnement de la personne, comme par exemple son métier, et son environnement direct.

pour un programme complet, la personne devra obligatoirement passer par une clinique, un hôpital, qui lui procurera un suivi psychologique, nutritionnel et un diagnostique éducatif.

Tout ceci est à réaliser dans le meilleur des cas au stade un et dans le pire des cas au stade deux.

Au stade 3 et 4, c’est autre chose.


Les chiffres et les détails.


I,7 millions.


1,7 millions est le chiffre des personnes souffrant de BPCO en France.

80 % de ce chiffre est directement du au tabagisme

Le poumon fumeur que vous avez vu dans la vidéo au début d’article est directement lié à une BPCO de tabagisme .


1,36 millions.



1 360 000 et le chiffre dont 80 % des personnes souffrant de BPCO à cause du tabagisme en France.

Globalement, toutes ces personnes souffrant de BPCO sont des fumeurs.

La chose alarmante, c’est que pour guérir de la BPCO, et que les poumons se rétablissent, il faut beaucoup de temps.

On est à un pourcentage non négligeable de ces 80 % , il ne se remettront jamais, pire certains, y laisseront leur vie.


Pas de retour arrière.


Avec une BPCO de type 1, un retour arrière est envisageable.

Une BPCO au stade 2, un retour arrière n’est pas vraiment envisageable, en tout cas sur le court terme.

Au stade trois, il n’y a pas de retour arrière, les dommages sont irréversibles et les médecins font ce qu’ils peuvent pour maintenir la personne dans l’état ou elle se trouve.

Le stade quatre est le pire des stades.

À ce stade, même une opération chirurgicale ne garantit pas la survie du malade.

Le malade devrait avoir une aide respiratoire par oxygène.

Une oxygénothérapie de longue durée, et ce jusqu’à la fin de sa vie.

Le stade quatre représente le poumon fumeur que vous avez vu dans la vidéo en début d’article.


Environ 115 000 hospitalisations.


Il y a environ 115 000 hospitalisations pour BPCO en France par année.


16 000 décès.


Tous les ans, il y a environ 16 000 personnes qui meurent de BPCO de stade quatre.

Et ceci n’est que par ans et uniquement pour le petit pays qui est la France.

Le nombre de décès mondial à cause de BPCO de stade quatre par an dépasse le million.

Réfléchissez bien à quoi vous vous engagez si vous continuez à fumer.


Vous êtes le maître de votre destin.

Vous êtes le capitaine de votre âme.

À votre santé.