Dans cet article vous allez voir concrètement les conséquences du vapotage.

Vous allez voir globalement le risque du vapotage.

Vous trouverez des références et des études sur le vapotage.

Globalement, vous saurez les danger du vapotage et vous pourrez vous faire votre propre idée sur la question.

La cigarette électronique est elle cancérigène ?

Une cigarette électronique ne dégage ni goudron ni monoxyde de carbone.

Cela même qui encrassent les poumons, diminuent l’oxygénation du corps et induisent l’apparition de tumeurs.

L’idéal est de ne rien inhaler du tout.

Mais la cigarette électronique s’avère moins malsaine que la cigarette classique.

« Un an de vapotage est moins cancérigène qu’une seule journée de tabac », estime en effet le Pr Bernard Dautzenberg, pneumologue à l’hôpital La Pitié-Salpêtrière.

La présence de microparticules dans les vapeurs du liquide est toutefois souvent montrée du doigt.

Des chercheurs italiens de l’université de Naples ont évalué précisément leur impact.

Leur verdict, publié en octobre 2017 dans le Journal of Aerosol Science, est formel : ces microparticules représentent un risque de cancer 57 000 fois moindre que celui engendré par la combustion du tabac.

Recourir à la cigarette électronique fait chuter de 97% la concentration de substances toxiques dans le corps, estiment les toxicologues de l’Université de Londres.

Un grand merci au site marieclaire.fr.

Il produisent régulièrement du contenu d’une qualité remarquable, je trouve que leurs articles son les meilleurs dans leurs catégorie.

Vous pouvez retrouvez l’article au grand complet sur MarieClaire.fr : la cigarette électronique
Merci à ce blog pour leur aide.

Que ce passe t’il avec vos poumons à cause de la cigarette électronique

De nombreux vapoteurs témoignent de réels bénéfices de l’utilisation de la cigarette électronique.

  • Réduction de la toux
  • Réduction de l’expectoration
  • Amélioration de la respiration et de la capacité respiratoire
  • Retour du goût

Ces bénéfices sont surtout liés à la réduction, voire à l’arrêt de la consommation de tabac.

La cigarette électronique est bénéfique pour votre santé,  parce qu’elle vous permet de tenir la « tueuse » à distance.

Les substituts nicotiniques, et par extension le vapotage, ne sont pas contre-indiqués en cas de cancer du poumon.

Même si on est déjà malade, mieux vaut vapoter que de continuer à fumer, car fumer diminue les chances de guérison.

Comparatif des risque liés à la cigarette électronique

Une baisse de la capacité pulmonaire chez le fumeur de la cigarette électronique a été observée.

A titre de comparaison

En moyenne, on a pu mesurer une baisse du VEMS/CV de 7,2% chez le fumeur de cigarettes et de 3% chez les vapoteurs

Il est dangereux d’inhaler l’huile de paraffine ou d’autres huiles minérales et végétales non solubles. 

Par précaution, il ne faut jamais ajouter d’huiles parfumées dans le liquide, car le risque de pneumopathie lipidique par accumulation dans le poumon est important. 

Les séquelles sont  irrémédiables.

A ce jour deux cas de pneumonie lipidique ont été rapportés dans la littérature.

Voila qui devrais convaincre les plus septiques sur l’usage de la cigarette électronique.

Merci mille fois au site suisse www.stop-tabac.ch

Je vais souvent sur leur site, il font vraiment un travail excellent, et bien-sûr, vous pouvez retrouver l’intégralité de cet article ici.

risque sanitaire et conséquences du vapotage


Quels sont les risques sanitaires liés à l’usage des cigarettes électroniques ?

Actuellement, le recul est insuffisant pour répondre de façon formelle aux conséquences du vapotage.

Pourtant,  il est vraisemblable que vapoter soit moins dangereux que fumer.


Rappelons que l’inhalation de fibres d’amiante, en dehors d’expositions massives, ne se traduit pas par des signes cliniques immédiats mais par la survenue de cancers du poumon et de la plèvre seulement après plusieurs décennies.


De plus, à côté du vapotage actif, il existe un vapotage passif qui se traduit par la présence de nicotine dans le sang de non-fumeurs non-vapoteurs, et par l’observation de signes discrets d’altération de la fonction respiratoire chez ceux-ci.

Doit-on autoriser le vapotage dans les lieux publics ?

En l’attente de l’avis du Conseil d’Etat sollicité par Madame la Ministre de la Santé, le CNCT souhaite que l’on ne puisse pas vapoter là où il est interdit de fumer.

En effet, d’une part, d’un point de vue sanitaire il existe un vapotage passif avec passage de nicotine dans le sang des non-fumeurs non-vapoteurs.

D’autre part, d’un point de vue préventif l’interdiction de fumer dans les lieux publics a pour objet de « dénormaliser » la consommation de tabac.

La consommation par le biais de l’usage des cigarettes électroniques va redonner un côté glamour à cette dépendance.

Merci au Commité National Contre le Tabagisme pour leurs observation sur le sujet.

Vous pouvez avoir accès à l’article au grand complet sur leurs site en cliquant ici

qu’est ce qu’il faut conclure des
conséquences du vapotage ?

je tiens à vous faire par de mon point de vue.

Il est concrètement vrai que la cigarette électronique vous fera moins de mal à court terme.

Ce qu’il faut bien garder a l’esprit, c’est que ce substitut est relativement récent.

Et de ce fait, on ne peut toujours pas affirmer avec certitude qu’elle n’est pas mortelle pour son consommateur.

Il ma paru important de partager une brève partie de leurs article.